00Introduction01Centre de santé communautaire02Triage03Urgences04Soins intensifs05Guérison

Fatoumata

Fatoumata a trois ans. Elle a commencé à montrer des symptômes de paludisme il ya une dizaine de jours : fièvre, vomissements et diarrhée. Dans le sud du Mali le paludisme simple est pris en charge au niveau communautaire. Mais s’il n’est pas traité ou sous sa forme sévère, c’est le premier facteur de mortalité des moins de cinq ans.
  • Nom : Fatoumata
  • Age : 3 ans
  • Sexe : Fille
  • Village : Sougoumba
  • Diagnostic initial : Paludisme sévère avec anémie sévère
  • Traitement : 4 jours
Sa mère l’a emmenée au centre de santé communautaire (CSCOM) de Molobola, où les consultations, les tests et les traitements sont gratuits.
Fatoumata
01

Premier diagnostic au centre de santé

Accompagnée par sa mère au centre de santé communautaire, Fatoumata est testée positive au paludisme. Elle présente de nombreux signes de la forme grave de cette maladie. Elle a une respiration haletante, son pouls est élevé et elle a une pâleur maladive. Les examens montrent également que son taux de globules rouges dans le sang est extrêmement faible. Sans une transfusion, le médecin ne lui donne guère plus de quelques heures à vivre.
Fatoumata doit être transférée pour recevoir les soins tres specialisés qui ne sont fournis qu’à l’hôpital de Koutiala, à 1h40 de route.
Fatoumata - Preliminary diagnosis at the health centre
02

Classée "rouge" au triage

Sans surprise, lors de son admission à l'hôpital Fatoumata est immédiatement considérée comme un cas urgent. Les infirmières vérifient son faible taux de globules rouges—3,5 grammes par décilitre—grâce au dispositif portable de test de l'anémie. Alors que l’évaluation de son état de santé s’achève, une équipe médicale se rassemble dans la salle des urgences pour se préparer à lui procurer des soins.
*L'artésunate est un médicament antipaludéen dérivé de l'artémisinine, une plante chinoise, dont la découverte a valu un prix Nobel de médecine à son principal "inventeur " en 2015.
03

Traitement vital aux urgences

Aux urgences, le Dr Kanoute doit prendre en charge le paludisme de Fatoumata, le dysfonctionnement de ses organes—en particulier les reins et le cerveau—et sa perte de globules rouges. Fatoumata, dépassée par l’infection, utilise son peu d'énergie pour lutter contre les tentatives de lui donner de l'oxygène, un soin pourtant essentiel pour son traitement. On lui administre de l'artésunate en intraveineuse et les préparatifs commencent pour une transfusion sanguine.
04

Un O+ convient à Fatoumata

La transfusion sanguine de Fatoumata dépend d'une banque de sang qui dépiste et stocke les poches de sang avec des protocoles stricts, pour les groupes sanguins les plus répandus. A Koutiala, les appels aux donneurs de sang ont eu un grand succès et permis de générer des dons réguliers. La famille de Fatoumata sera elle aussi invitée à participer. La transfusion sanguine est un service vital encore rare dans les régions rurales du Mali, mais dans le programme de Koutiala, il est gratuit.
  • Fatoumata
  • Fatoumata
  • Fatoumata
05

Sur le chemin de la guérison en deux jours

Fatoumata a encore de la fièvre, mais il est incroyable de constater que les enfants comme elle ont parmi les temps de guérison les plus rapides dans l'hôpital. Elle reçoit des comprimés d'artésunate et de l'acide folique pour l’aider à surmonter son anémie. Des conseils sont donnés à sa mère sur les moyens d’empêcher Fatoumata de contracter à nouveau paludisme, ou au moins de permettre de le détecter et de le traiter avant qu'il ne devienne dangereux.
Fatoumata
"L’examen de Fatoumata aujourd'hui, ne montre pas de soucis particuliers. Elle est en bon état de santé général. Elle se remet bien. Nous avons dit à ses parents qu'elle pouvait être déchargée."Dr Mariam Diakite, MSF